Slide background

Mémoires

Le Foron, rivière longtemps façonnée par la main de l’homme dans un secteur dynamique, qui a eu souvent tendance à construire contre et non pas avec cette rivière, ce qui a conduit à la mettre de côté voire l’oublier. De cette constatation, du souhait des plus anciens à transmettre leur culture du Foron et de la volonté du SIFOR et des élus locaux est né le projet d’écrire Les mémoires du Foron. L’occasion de transmettre une culture, des valeurs auxquelles les plus anciens résidents sont profondément attachés, l’occasion surtout de retisser les liens entre les riverains et leurs cours d’eau, de leur faire comprendre, aimer et respecter. C’est pourquoi si vous avez des souvenirs de vie autour de cette rivière : des jeux d’enfant, histoires, anecdotes, souvenirs d’inondations, n’hésitez pas à nous faire part de vos témoignages à l’adresse suivante : info@foron.fr.

Quelques anecdotes

Les inondations

Les communes du Foron trouvent leur âge d’or durant les années 1955-1970 en particulier au moment des récoltes ou toute la famille était à l’œuvre. C’était des moments conviviaux et parfois la récolte de fruits rouge se transformait en une bataille ou l’on mangeait plus de fruits que l’on en récolté.

La vie au bord du Foron

« Dans les inondations il y en a des plus marquantes que d’autre comme celle de 1930. »

 

Mais ça ne fut pas la seule il y en avait déjà eu une avant en 1904 et 3 autres après une en 1974 une deuxième dans cette décennie en 1979 puis la dernière en 1980.

La Seconde guerre mondiale

Le Foron sur ses 8 derniers kilomètres représente la frontière entre la Suisse et la France. C’est pour cela que pendant la seconde guerre mondiale des personnes courageuses on fait passer des personnes juives comme le Père Favre qui était prêtre au lycée de Saint François de Salle du Juvénat. Il faisait passer des personnes de l’autre côté de la frontière avec l’aide d’un douanier suisse. Il a malheureusement été démasqué et fusillé.

 

Il y a aussi Mlle Guidier dont la maison avait sa porte d’entrée en France et celle de la salle à manger en Suisse. Etant une résistante elle fit passer de nombreuses personnes en Suisse. Elle fut attrapée et torturée mais ne parla pas.

La Frontière

Après la Seconde Guerre Mondiale il y eu la douane entre la Suisse et la France car les produits étaient moins chère en Suisse. Les français avaient le droit à un nombre maximum d’article quand ils passaient la frontière. D’ailleurs, une personne nous a raconté que quand elle était petite sa mère l’envoya faire les courses en Suisse. Elle voulut passer la frontière avec 2 sachets de café mais ne put en garder qu’un et dut ramener le deuxième au magasin sur l’ordre d’un douanier.

Faites-nous part de vos témoignages sur le Foron en nous écrivant à memoire@foron.fr ou directement depuis ce formulaire:

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message